vendredi 21 décembre 2012CSSC

Opinion CSSC : le Dichloromethane n'est pas sûr

©L'Observatoire des Cosmétiques

Le Dichloromethane (CAS : 75-09-2), répertorié en tant que solvant dans le CosIng, est actuellement autorisé dans les produits cosmétiques à la concentration maximale de 35 %. Cette Opinion du CSSC, adoptée lors de la 17e réunion plénière du 11 décembre 2012, conclut que la substance ne peut pas être considérée comme sure pour le consommateur.

Temps de lecture
~ 2 minutes

Contexte
Le Dichloromethane (chlorure de méthylène) avait fait l'objet d'une première Opinion en juin 1987. Sa sécurité d'emploi à la concentration maximale de 35 % avait été confirmée par une autre Opinion en 1989.

Dans la section "Autres limitations et exigences", la Directive Cosmétiques indiquait : "Teneur maximale en impuretés: 0,2 %".
Pour le CSSC aujourd'hui, cette disposition est ambigüe, puisqu'on peut la comprendre de deux façons :
• le Dichloromethane ne doit pas être présent dans d'autres ingrédients ou dans des produits cosmétiques en tant qu'impureté en concentration supérieure à 0,2 %,
• la pureté du Dichloromethane doit être au minimum de 99,8 %.

Le Dichloromethane est classé CMR, cancérogène de catégorie 2 (Règlement CLP).

La présente Opinion a été rendue après un appel public à communication de données scientifiques.

Opinion
On n'a pas de preuve indiquant que le Dichloromethane pourrait être cardiotoxique ou reprotoxique pour l'homme, sauf à des concentrations très élevées. Bien qu'il soit cancérogène pour la souris par inhalation, plusieurs facteurs montrent une plus grande sensibilité de la souris par rapport à l'homme. La quantification du risque pour l'homme par des modèles toxicocinétiques montre que l'éventuel risque cancérogène est négligeable pour l'homme.

En se basant sur …

Ce contenu n'est disponible que pour les abonnésPRO, PREMIUM, STARTUP et TPE

Vous êtes déjà abonné(e) ?Identifiez-vous

Découvrir nos abonnements

CSSCAutres articles

243résultats