dimanche 3 octobre 2010L'ingrédient du mois

L'acide hyaluronique

©L'Observatoire des Cosmétiques

On ne vante plus les mérites de l’acide hyaluronique dans la lutte contre les signes de l’âge. En injection, il représente une des  interventions de comblement des rides les plus pratiquées aujourd’hui dans les cabinets des dermatologues, avec des résultats très performants, même s'il ne durent que quelques mois. Mais a-t-il autant d’intérêt en application cutanée via un cosmétique ?

Temps de lecture
~ 5 minutes

On ne compte plus les crèmes ou sérums "anti-âge" à base d’acide hyaluronique. Ce composé, réputé pour son efficacité en injection, est devenu un actif cosmétique en vogue, suscitant un engouement qui ne se dément pas depuis plusieurs années.
Nul doute que les services marketing ont joué leur rôle dans le boom de l’acide hyaluronique cosmétique : ses performances dans les cabinets médicaux lui assurent en effet une image de technicité et une "caution dermatologique" très porteuse… au point qu’on oublie parfois de se demander s’il peut faire de l’extérieur ce qu’il fait à l’intérieur, même si on est prêt à payer parfois assez cher un produit qui en contient.

Qu’est-ce que c’est ?

L’acide hyaluronique a été identifié pour la première fois dans les années 30. Ce glycosaminoglycane de la famille des polysaccharides est naturellement présent dans l’organisme humain. Cette substance de texture vitreuse et transparente se retrouve ainsi autour des articulations, dans les muscles, dans l’œil… mais la peau est l’organe qui en contient le plus.
Il contribue à former son tissu conjonctif (au côté, entre autres, d’une bonne quantité d’eau) qui soutient les fibres de collagène et d’élastine formant les différentes couches de la peau. Il joue …

Ce contenu n'est disponible que pour les abonnésPREMIUM, PRO, STARTUP et TPE

Vous êtes déjà abonné(e) ?Identifiez-vous

Découvrir nos abonnements

L'ingrédient du moisAutres articles

57résultats