lundi 11 mars 2013L'ingrédient du mois

Le lys et son éclatante blancheur

undefined

On le voit de plus en plus, étalant la blancheur de ses pétales sur les étiquettes de cosmétiques, distillant ses actifs des formules jusque dans nos peaux. Lys blanc, lys de mer, lys des sables… pour un lyssage du teint et des revendications techniques éclaircissantes des plus tendance sans rien perdre du pouvoir poétique de la fleur. Donc… Mignonne, allons voir si le lys, qui dans nos cosmétiques entre en lice, sait remplir son office et à nos teints est propice…

Temps de lecture
~ 7 minutes

Comme beaucoup d'innovations cosmétiques aujourd'hui, celle-ci nous vient d'Asie. Ou, plus exactement, elle a été développée à l'intention du très porteur marché asiatique avant de gagner aussi les formules occidentales. Là-bas, les produits "au lys" conviennent à toutes les peaux en demande constante d'éclaircissement. Ici, ils sont adaptés aux besoins des peaux matures, à partir de 45-50 ans, quand elles se marquent de taches brunes et perdent en éclat. Et ce marché-là n'est pas moins prometteur : on peut en juger au nombre de gammes lancées récemment avec ces revendications.

Du lys blanc au lys blanc

Les extraits de fleur ou de bulbe de lys blanc sont présents depuis déjà quelques années dans nos cosmétiques. Ces Lilium candidum flower extract et Lilium candidum bulb extract sont réputés pour activer le renouvellement cellulaire et pour leurs propriétés anti-inflammatoires qui contribuent à lutter contre les rougeurs. Ils sont aussi mis en œuvre pour diminuer le volume des poches et la couleur des cernes sous les yeux. Les étiquettes les disent également adoucissants ou régénérants.

On les retrouve ainsi fréquemment dans des contours des yeux (Soin Premier Anti-Temps Contour des Yeux d'Orlane, Crème Native Réparatrice Yeux et lèvres d'Edenens, Fluide pour le contour des yeux Elixier de Tautropfen…), mais aussi dans des soins anti-âge à l'action globale (Addiction - Huile Visage Nuit et Jour d'Absolution, gamme Divine Jeunesse de So'Bio étic…).

Le lys, végétal et naturel, est logiquement particulièrement présent en cosmétique bio.
La marque Coslys utilise aussi le totum de lys (Lilium hybrid flower extract, Lilium candidum flower extract) pour sa richesse en polyphénols, vitamines, antioxydants et flavonoïdes dans sa gamme de soin du visage.

Mais c'est un autre lys qui arrive en force aujourd'hui dans les nouveautés cosmétiques. Si certains argumentaires le désignent également comme un lys blanc, d'autres se font plus précis, et annoncent un lys des sables, un lys de mer ou un lys maritime.
Et c'est ce Pancratium maritimum extract qui fleurit comme à plaisir dans les formules, avec seulement deux revendications mais de taille : antitaches et éclat du teint.

Un actif tout en beauté

La fleur est belle et son histoire ne l'est pas moins : c'est dire si, d'entrée, ce lys a déjà tout pour plaire aux services marketing.
Le lys Pancratium maritimum est une plante qui s'épanouit particulièrement sur les littoraux méditerranéens mais que l'on trouve aussi sur les rivages des  îles bretonnes de Hoëdic et Houat. Il plante ses racines dans les sols sablonneux, où il a l'étonnante capacité à s'enfoncer, voire s'enterrer, pour se protéger des vents forts. Sa fleur, d'un blanc immaculé, ne s'ouvre qu'au crépuscule, et reste ainsi à l'abri des chauds rayons du soleil pour préserver sa délicatesse. Une merveille d'adaptation au milieu naturel pour assurer sa survie…

Mais la belle histoire ne s'arrête pas là : l'actif a, lui aussi, de quoi séduire les formulateurs.
Déjà utilisé dans la ligne anti-âge NatuRoyale d'Annemarie Börlind, c'est pourtant Phytomer, dans sa gamme Révélation Lumière, qui a, le premier en France, en juin 2012, commercialisé des produits éclaircissants revendiquant cet extrait de lys (la branche Recherche & Nature de la même société, CODIF, commercialise aussi le Neurolight.61G, extrait aqueux de Pancratium maritimum, au cœur de cette gamme).
Puis coup sur coup, en février et mars 2013, Algotherm avec sa gamme AlgoBlanc CX+ et Melvita avec Nectar Bright, mettent aussi en avant le Pancratium maritimum dans des soins antitaches et éclat du teint.

Certes, il n'est jamais seul à agir.
Phytomer l'associe à une algue également éclaircissante, la Dictyopteris membranacea et à la vitamine C, pour l'éclat.
Algotherm lui associe deux algues, la Dictyopteris membranacea et la micro-algue bleue Phormidium persicinum, et également de la vitamine C.
Melvita a breveté un complexe de cinq fleurs blanches qui adjoint au lys la bellis (pâquerette), le narcisse, la gaulthérie et le lupin blanc.
Mais s'il n'est pas seul, son action n'en est pas moins effective et objectivée.

À la source pigmentaire

Pour comprendre comment agit le lys, il faut se pencher sur la mélanogenèse (le processus de la synthèse de la mélanine, à l'origine des pigmentations de la peau) et les mécanismes de formation des taches pigmentaires.
" Elles résultent ", explique la société CODIF, " d’un groupe de cellules produisant des pigments en réponse à un stress répété de la peau. La protéine p53 est classiquement définie comme LA protéine du stress. Son expression est multipliée en cas de stress cellulaire intense. Mais le rôle de la protéine p53 est fondamental pour la survie cellulaire, il n’est donc pas envisageable d’agir sur son expression.
Cependant, il a été récemment démontré que p53 régulait directement l’expression d’une protéine appelée POMC (pro-opio-melanocortin complex), impliquée dans l’activation de la mélanogenèse
".

Or, l'extrait de Pancratium maritimum favorise l'inhibition de l’expression de POMC, permettant ainsi d’inhiber l’activation et donc la surproduction de mélanine à l’origine des taches pigmentaires.
Et ce d'autant plus qu'il agit aussi sur les transmissions nerveuses par lesquelles les mélanocytes communiquent avec les kératinocytes pour leur transférer la mélanine synthétisée. Et qu'il permet ainsi aussi de réduire la quantité de mélanine exportée à la surface des taches pigmentaires.

De son côté, Melvita jour sur l'expression des gènes impliqués dans la mélanogenèse. Son brevet repose sur l'identification d'actifs végétaux qui stimulent l'expression de deux micro-ARNs.
" Les micro-ARNs sont de petits acides ribonucléiques qui ont été identifiés récemment comme des éléments clés de la régulation de l'expression des gènes ", explique le laboratoire bio. " Leur fixation sur un ARN va conduire au blocage du gène en charge de la mélanogenèse, ce qui va empêcher sa traduction en protéine et donc entraîner sa perte de fonction ".

Le lys agit ainsi surtout en amont des phénomènes de pigmentation, pour empêcher leur apparition et limiter leur extension. La peau étant en perpétuel renouvellement, cela implique aussi, à terme, une diminution de la surface et de la coloration des taches existantes.

Le lys en chiffres

Que peut-on attendre du lys en termes de résultats ?

Le Neurolight.61G de Phytomer (dosé à 1,5 %, deux applications par jour) affiche les résultats d'une étude clinique menée sur 15 volontaires présentant des taches pigmentaires sur les mains.
• Après 42 jours : diminution de la surface des taches pigmentaires de -18,9 % en moyenne et jusqu’à -63,4 %.
• Après 84 jours : diminution de la surface des taches pigmentaires de -24,8 %* en moyenne et jusqu’à -61,1 %.
• Après 84 jours, éclaircissement des taches brunes de 12,1 %* en moyenne et jusqu’à 61,5 %.
• Après 84 jours, diminution de la différence de pigmentation tache/peau de 11,6 % en moyenne et jusqu’à 53 %.

Melvita présente les résultats d'un test de scorage sur 27 femmes après un traitement soin + sérum.
• Immédiatement : réduction de la taille des taches de - 11,8 %.
• Après 28 jours : réduction de la taille des taches de - 46,4 %.
• Immédiatement : réduction de l'intensité des taches de - 20,6 %.
• Après 28 jours : réduction de l'intensité des taches de - 46,6 %.

Algotherm, pour sa part, revendique une diminution de la sécrétion de mélanine grâce à son complexe AlgoBlanc allant jusqu'à - 41 %.

Des résultats qui ne font pas tache et peuvent même s'apprécier à l'œil nu… mais qui s'inversent dès les traitements terminés, les processus de la mélanogenèse, que rien ne vient plus entraver, reprenant alors leur cours normal.
Le temps, et l'utilisation des produits par les consommatrices en conditions réelles, viendront (ou non ?) confirmer ces premiers chiffres encourageants.
Mais la tendance est là, et il semble que ce beau lys blanc, par ailleurs fort bien toléré par la peau et sans effet indésirable connu à ce jour (à l'inverse de nombre d'actifs éclaircissants), soit promis à un avenir lumineux.

LW

© L'Observatoire des Cosmétiques
© 2013- 2021  CosmeticOBS

L'ingrédient du moisAutres articles

89résultats