CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
19 avril 2017Produits

Beauté instrumentale 2 - La sollicitation mécanique Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Elles stimulent mécaniquement la peau pour provoquer une réponse positive. On distingue les techniques comme le palper rouler, le claping ou le pincement. Elles ont comme principe de fonctionnement de provoquer une réaction de la peau à un stimulus mécanique. On range également dans cette catégorie les appareils à brosse nettoyante ou certaines techniques de dermabrasion douces.

Temps de lecture : ~ 15 minutes

Le palper rouler

Il existe plusieurs techniques relevant de cette approche. Parmi les plus anciennes, on retiendra le fameux "palper roule", un massage proposé initialement dans la prise en charge de la cellulite. Il consiste à pincer un pli de peau et à le faire rouler entre les doigts du bas vers le haut et ressemble de très près au pincé de Jacquet.
Créée dans les années 30 par le Dr Jacquet, cette technique anti-âge est actuellement enseignée dans toutes les écoles d’esthétique. Sur une peau sèche et sans crème, on pince la peau entre le pouce et l’index avec la pulpe des doigts. On attrape le muscle au plus profond, sans l’étirer. On pratique des petits pincements vigoureux sur tout le visage, notamment l’ovale. Une variante consiste à agripper la peau et à pincer en tournant. Le palper-rouler se pratique principalement en institut, mais aussi chez soi. Le massage peut être réalisé à la main ou à l'aide d'une machine spécialisée.

Effets attendus

Ces pincements, à faire pendant 45-60 minutes, accélèrent la microcirculation, améliorent l’oxygénation des tissus, font travailler les muscles du visage. Cette stimulation mécanique met également en œuvre une caractéristique souvent ignorée du tissu conjonctif, ses propriétés contractiles. En effet, lorsque que l’on stimule mécaniquement des lattices de collagène, celles-ci réagissent spontanément en se contractant. En se basant sur cette réaction, ces techniques de stimulation présentent des effets indéniables, largement démontrés, de raffermissement du tissu cutané, s’opposant ainsi à une certaine ptose tissulaire. Si on constate un résultat dès la première séance, une cure d’un mois à raison de deux fois par semaine est recommandée pour que les effets antirides et rajeunissants s’affirment. En entretien: une séance par mois.

Appareils

L’appareil le plus connu, et de loin, et depuis longtemps, est issu de la technologie développée par Louis Paul Guitay, connue sous le nom d’Endermologie®. L’Endermologie® réactive l'activité cellulaire par l'intermédiaire d'une stimulation mécanique de la peau (mécano-stimulation), de manière non-agressive. Elle traite différentes cibles tissulaires avec un champ d'application très large. Le soin était initialement délivré par un professionnel à l'aide d'appareils. Les têtes de traitement équipées de Roll (rouleaux) ou de Lift (clapets) saisissent délicatement le tissu cutané et ciblent de manière naturelle les différentes zones du corps et du visage. Le premier appareil développé il y a plus de 25 ans par cette société a été le Cellu M6 (1986). Il s’agissait d’un appareil corporel qui a connu de nombreuses mises à jour (et autant de brevets). Une version visage a existé avec le Lift 6 (2000). Directement issue des technologies professionnelles LPG, la Wellbox a été ensuite un appareil de stimulation cellulaire à usage personnel, permettant de bénéficier des bienfaits de l’Endermologie® à domicile (2005), et a été suivie par le Mobilift M6 (2013).

Plus près de nous, une nouvelle adaptation de cette technique est proposée par une jeune société au travers d’un petit dispositif s’intitulant le Ventoose™. Conçu par une ancienne athlète de haut niveau, ce produit fonctionne de la même manière qu'une ventouse classique, sans les inconvénients inhérents à ses homologues traditionnels en verre. Le vide relatif, créé dans la ventouse par simple pression, dilate les pores et les vaisseaux sanguins superficiels (capillaires). Ceci produit une congestion cutanée localisée sur le site de l'application, traduite par un changement d'aspect de la peau qui rougit et se couvre de points rougeâtres à violacés. Cette congestion provoquée localement, au-dessus de l'organe malade, est réputée attirer les humeurs, le "mauvais sang" ou l'excès de sang qui congestionne un organe sous-jacent. Elles sont donc utilisées pour soigner, non seulement les infections respiratoires et les maux de dos, mais aussi pour les problèmes de peau, les migraines, les maux de têtes, les tendinites, les entorses, les crampes et la constipation. Cet exercice est à pratiquer quotidiennement, durant quelques minutes, pour un résultat optimal.

Un dispositif grand public a également été proposé en son temps dans le cadre d’un "co-branding" entre Philips et L’Oréal, le Perfect Slim Pro. Ce kit cosméto mécanique anticapitons et anti-peau flasque était proposé pour lutter contre le relâchement cutané. Les laboratoires de L'Oréal, en collaboration avec Philips, avaient créé une méthode révolutionnaire associant la puissance d'un massage palper-rouler à l'efficacité cosmétique d'un concentré amincissant.

Plus près de nous, ces techniques ont connu une nouvelle actualité avec l’application d’une nouvelle science à ces approches : la mécanobiologie. Cela désigne une science étudiant le comportement des tissus biologiques soumis à des stimuli mécaniques : pression, torsion ou étirement. Et elle est en train de modifier de nombreux domaines de recherche, de l’étude du développement embryonnaire à la lutte contre le cancer, en passant l’ingénierie tissulaire. Elle profite notamment de nouvelles techniques permettant d’observer presque en direct les cellules se déformer, résister à une pression, réorganiser leur cytosquelette ou déclencher des cascades de réactions biochimiques face aux forces mécaniques extérieures. Au cours de différentes expériences, il a été montré que les vibrations peuvent modifier des propriétés clés des tissus cutanés comme le renforcement de la JDE (jonction dermo-épidermique) ou de la production de protéines de la matrice extracellulaire. Sur cette base, les chercheurs de L’Oréal nt mis au point un nouveau dispositif dénommé Smart Profil UpLift . Ce système multi tête est proposé par la marque comme appareil s’intéressant spécifiquement à l’antiâge.

La brosse nettoyante

La technologie

Composées de poils ou de picots en silicone plus ou moins denses et plus ou moins fins, manuelle ou électrique, elle s’utilise avec un produit nettoyant qu’on dépose sur la brosse humidifiée. On effectue ensuite des mouvements circulaires sur le visage manuellement ou grâce au mouvement électrique de la brosse, puis on rince. On peut également l’utiliser avec une huile ou un baume démaquillant (à l’étape d’émulsion et de rinçage). Ce travail permet de désincruster les éléments présents à la surface de la peau, conduisant à une prophylaxie intéressante. En stimulant la desquamation, elle permet également de stimuler le renouvèlement épidermique.

Les promesses

Une peau nettoyée en profondeur, des pores désobstrués, un teint plus lumineux, une peau plus lisse : telles sont les promesses des brosses nettoyantes. Selon les modèles, certaines permettent aussi de gommer la peau.

Pour qui ?

Dans l’absolu, elle convient à tous les types de peau. Mais elle sera plus particulièrement utile si vous avez une peau mixte ou grasse ayant tendance aux points noirs, comédons. Si vous avez le teint brouillé ou terne (pollution, hygiène de vie), elle fonctionne également. Enfin, elle convient au nettoyage des peaux portant du maquillage du teint au quotidien.

Le choix d’une brosse nettoyante

Elle doit être impérativement en poils synthétiques ou en picots de silicone (pour des raisons d’hygiène), avec une densité suffisante pour avoir un réel intérêt (à partir de 300 000 poils pour une brosse en poils de 5 à 10 cm de diamètre). Les poils doivent être souples et fins (0,05 mm maximum). En passant les doigts sur la surface de la brosse, on ne doit rencontrer aucune résistance pour plier les poils ou les picots. On ne doit ressentir aucun picotement, aucune griffure, même légère. On doit avoir la sensation de caresser un tissu dense et très doux pour les poils et une matière très molle, spongieuse pour les picots en silicone.

Manuelle ou électrique ?

Certains conseillent fortement une brosse manuelle, et non pas électrique. Simplement parce qu’elle est suffisante pour nettoyer la peau au quotidien. L’inconvénient de la brosse électrique est que la rotation, voire les vibrations plus fortes et forcément plus appuyées peuvent favoriser un phénomène d’épaississement de la couche cornée à terme. Ce phénomène est d’autant plus sensible en cas d’utilisation quotidienne.

L’entretien

Nettoyer votre brosse à l’eau et au savon après chaque utilisation, puis laissez-là sécher poils en l’air jusqu’à la prochaine. Changez-en régulièrement, pour garantir sa qualité. Enfin, tout comme pour une brosse à dent ou tout autre accessoire d’hygiène, une brosse pour le visage est exclusive, elle ne se prête pas.

Les appareils

Il existe de très nombreux modèles de brosse de nettoyage. Dans le domaine des brosses électriques, on en retiendra plus spécifiquement quelqes-unes.

Clarisonic
La technologie sonique utilisée par Clarisonic est unique et protégée par une série de brevets qui couvrent le mouvement d’oscillation (fréquence des 300 mouvements par seconde) mais aussi le moteur et le système d’attache de l’embout brosse. Contrairement à la technologie utilisée par les brosses rotatives qui peuvent provoquer un enroulement de la peau sur elle-même, et donc une tension au niveau des fibres du derme, la technologie sonique de micro-oscillations ne fait subir à la peau aucune traction ni tension au-delà de sa zone de stress naturel, la peau n’est aucunement étirée ou agressée. Seules les impuretés sont entrainées par le mouvement. Proposé dans différentes configurations, tant pour le corps que pour le visage ou encore pour  des problèmes spécifiques comme le teint brouillé, la radiance ou encore les pieds avec une brosse polissante, ces dispositifs permettent une utilisation sûre et performante. La marque, créée en 2001, est rachetée en 2011 par le groupe L’Oréal.

• VisaPur
Avec le programme VisaPur, le groupe Philips propose un appareil associant à la fois une brosse de nettoyage, mis aussi un dispositif de massage pour le visage ainsi qu'un dispositif contour des yeux. Le produit est décliné en version féminine ou masculine

• Clinique Sonic System Brosse Nettoyante Purifiante
Cet appareil du groupe Estée Lauder se présente avec un embout unique incliné, une technologie sonique et deux types de poils offrant un nettoyage précis et sur mesure suivant les besoins de la peau. Les poils blancs apportent un nettoyage doux adapté aux zones normales à sèches du visage ; les poils verts, développés pour offrir un nettoyage plus profond et accessible en inclinant la brosse, sont à utiliser sur les zones mixtes à grasses. Grâce à sa technologie novatrice, elle nettoie en profondeur et en douceur, sans agresser la peau.

Luna
Dans ces appareils, la brosse est remplacée par un dispositif en silicone. La technologie sonique est utilisée pour animer le dispositif. La brosse et dotée d'un système nettoyant, diffusant des pulsations soniques. La gamme Luna proposé par le fabricant Foero revendique une élimination à 95,5 % des impuretés tout en étant 35 fois plus hygiénique que les brosses nettoyantes classiques. On retiendra dans cette gamme un dispositif pour homme à utiliser avant rasage.

La microdermabrasion

La microdermabrasion est une technique également utilisée en cosmétique consistant à polir la peau par utilisation de cristaux (sel, oxyde d'aluminium ou sablon). Ainsi, l'épiderme est lissé. La microdermabrasion est proposée pour traiter les rides sur le visage et le cou/décolleté, les cicatrices ou des troubles de la pigmentation. Le principe repose sur l’activation du renouvellement épidermique. L’élimination des squames rétentionnels à la surface de la peau active le processus de remplacement et permet de faire "peau neuve".

Pratiquée initialement dans le cabinet du dermatologue à l'aide d'appareils permettant la pulvérisation de microcristaux, cette technique a été petit à petit déclinée en dispositifs à domicile. Si l'efficacité est moins remarquable que celle observée chez dermatologue, ces appareils permettent d'obtenir des résultats satisfaisants. Ils consistent généralement en l'association d'une crème à base de microcristaux d'alumine et d'un dispositif de polissage doux.

On retiendra quelques déclinaisons instrumentales.
Le VisaCare du groupe Philips
Cet appareil associe une fonction exfoliation et une fonction aspiration. L’embout amovible, composé de plus de 100 000 particules fixes, est pourvu d’un anneau spécial conçu pour exfolier la peau. L’Air Lift System fait appel à une technologie d’aspiration spécifique pour un "massage" en douceur du visage. La peau est soulevée et étirée, ce qui a pour effet de stimuler la microcirculation tout en activant les fibroblastes (cellules favorisant la production de collagène et d’élastine).

L’appareil Microdermabrasion System de Neutrogena
Plus classique, c’est un système simple et pratique à domicile associant des disques prédosés à usage unique et l'applicateur de microdermabrasion. Chaque disque est prédosé avec des cristaux ultrafins et purificateurs d’alumine pour une exfoliation douce. De plus, les micro-vibrations génère un massage stimulant le renouvellement de surface cellulaire pour une peau plus ferme et plus jeune.

ProX Microdermabrasion Plus Advanced Cleansing System de Olay
Il reprend le même principe avec une crème abrasive à base de cristaux et un applicateur rotatif.

Contribution réalisée par Jean Claude Le Joliff
Biologiste de formation, Jean Claude Le Joliff a été un homme de R&D pendant de nombreuses années. Successivement en charge de la R&D, puis de la Recherche et de l’Innovation dans un grand groupe français de cosmétiques et du luxe, et après une expérience de création d’un centre de recherche (CERIES), il s’est tourné vers la gestion de l’innovation.
Il a été par ailleurs Professeur associé à l’Université de Versailles Saint Quentin (UVSQ) et reste chargé de cours dans le cadre de plusieurs enseignements spécialisés : ISIPCA, IPIL, ITECH, UBS, UCO, SFC etc.
Il est le fondateur de inn2c, société de conseil en R&D et Innovation. Consultant auprès de plusieurs sociétés internationales, il a participé activement à des projets comme Filorga, Aïny, Fareva, et bien d’autres.
Il a créé la Cosmétothèque®, premier conservatoire des métiers et des savoirs faire de cette industrie.
© Cosmétothèque® – Tous droits réservés

Tous les articles (28)