CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
15 mai 2019Publications scientifiques

Bien utilisées, les crèmes solaires ne bloquent pas la synthèse de la vitamine D Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

British Journal of Dermatology

Faut-il choisir entre prévenir les coups de soleil et le développement des cancers de la peau grâce à une crème solaire, ou s’exposer sans protection pour favoriser la synthèse de l’indispensable vitamine D ? Le débat n’est pas nouveau, mais il vient de s’enrichir d’un élément nouveau. Selon une étude publiée dans le British Journal of Dermatology, une utilisation optimale d’un produit solaire lors d’expositions avec un indice UV élevé permet à la fois d’éviter les coups de soleil et d’augmenter son taux de vitamine D.

Temps de lecture : ~ 4 minutes

La lumière du soleil contient des UVA et des UVB. Ce sont ces UVB qui permettent de déclencher le processus de la synthèse de vitamine D, essentielle pour la solidité des os et à laquelle on prête aussi bien d’autres intérêts pour la santé. Environ 80 % de notre vitamine D provient de nos exposition aux UVB.
Mais ces mêmes UVB sont aussi responsables des coups de soleil et peuvent induire des lésions de l’ADN et des cancers de la peau. Et il est assez fréquemment admis que les produits solaires, qui constituent comme un écran entre les rayons du soleil et la peau, empêchent les UVB d’agir, tant sur la formation des coups de soleil que sur la synthèse de la vitamine D.
C’est ce point que cette étude vient contester. Selon ses auteurs, une bonne utilisation des produits de protection solaire permet au contraire de bien protéger des effets nocifs des UV, sans compromettre la production de cette précieuse vitamine.

Une semaine sous le soleil de Tenerife

L’impact d’un écran solaire sur le niveau de vitamine D a été mesuré sur des volontaires polonais durant une semaine d’été très ensoleillée, sous une latitude où l’index UV est très élevé.
Deux produits ont été comparés, tous deux de SPF (protection anti-UBV) 15, mais l’un avec une protection UVA élevée et l’autre faible. Les volontaires ont de plus reçu des instructions pour appliquer correctement ces produits, notamment sur la quantité nécessaire (on applique en grande majorité bien moins de crème solaire que ce qui est conseillé) et l’uniformité de l’application.
Des comparaisons ont également été effectuées avec un troisième groupe de volontaires auxquels aucune instruction n’a été donnée, et un quatrième resté en Pologne.

Bonne application, bonne protection, bonne synthèse !

Sans surprise, le groupe resté en Pologne n’a pas vu son niveau de vitamine D augmenter.
Pour les trois groupes exposés au soleil de Tenerife, en revanche, ce niveau a bel et bien été accru, mais en proportions différentes :
• le groupe de volontaires auxquels aucune instruction d’application n’avait été donné a enregistré la plus forte hausse… mais a aussi pris de coups de soleil ;
• les deux groupes qui ont appliqué correctement leur produit solaire ont également vu leur niveau de vitamine D augmenter un peu plus faiblement mais tout de même significativement, et ce d’autant plus que la protection UVA était élevée, du fait, selon les auteurs de l’étude, d’une transmission des UVB plus importante.

Conclusion : les produits solaires, utilisés de façon optimale, protègent efficacement des effets nocifs des UV, sans empêcher la synthèse de la vitamine D. Une raison supplémentaire de ne jamais s’en passer !

Pour aller plus loin
• Voir l’étude Optimal sunscreen use, during a sun‐holiday with a very high UV index, allows vitamin D synthesis without sunburn, A.R. Young et al., British Journal of Dermatology, Mai 2019, 10.1111/bjd.17888.

LW

Tous les articles (82)