lundi 18 novembre 2019Commission européenne

Allergènes cosmétiques : la Commission européenne a lancé la consultation publique

Allergènes cosmétiques : la Commission européenne a lancé la consultation publique

Elle était annoncée, elle vient d’être ouverte ce 12 novembre 2019. Depuis l’Opinion du CSSC (Comité Scientifique pour la Sécurité des Consommateurs) qui recommandait en 2012 que le consommateur soit informé de la présence de fragrances allergisantes supplémentaires dans les produits cosmétiques, la question se pose de savoir sous quelle forme ajouter des dizaines de noms INCI dans les listes d’ingrédients. Sur les packagings ? Via un étiquetage en ligne ? Cette dernière option semble tenir la corde, et la Commission demande aujourd’hui à toutes les personnes intéressées d’indiquer leur préférence dans cette consultation publique.

Temps de lecture
~ 5 minutes

Comme le rappelle la Commission européenne dans l’introduction à cette consultation, le Comité Scientifique pour la Sécurité des Consommateurs a proposé, dans son avis de 2012, que le consommateur soit informé de la présence de fragrances allergisantes supplémentaires dans les produits cosmétiques.
Et elle pose le problème en ces termes : “L’étiquetage des fragrances allergisantes supplémentaires sur l’emballage poserait des problèmes de lisibilité des listes d’ingrédients. L’étiquetage électronique (étiquetage en ligne) des fragrances allergisantes constituerait une alternative à l’actuel étiquetage sur l’emballage, mais exigerait que le consommateur ait accès à l’internet dans le magasin (au moyen de son smartphone, par exemple). Dans le cadre de la présente consultation, les services de la Commission souhaiteraient recueillir des avis sur l’option privilégiée concernant l’étiquetage des fragrances allergisantes supplémentaires présentes dans les produits cosmétiques”.

La Commission européenne invite donc les consommateurs (avec une attention particulière pour les consommateurs allergiques aux fragrances allergisantes et pour ceux qui ne possèdent pas de smartphone), les professionnels de la santé/les chercheurs du secteur de la santé, les entreprises et associations d’entreprises ainsi que les pouvoirs publics à participer à cette consultation publique en remplissant un questionnaire en ligne.

Les trois options à l’étude

L’avis émis par …

Ce contenu n'est disponible que pour les abonnésPRO, PREMIUM, STARTUP et TPE

Vous êtes déjà abonné(e) ?Identifiez-vous

Découvrir nos abonnements


Eléments associés(2)

Commission européenneAutres articles

185résultats