mercredi 12 mars 2014Conseiller les consommateurs

Nettoyage de printemps : le gommage du visage

© Nancy Honey-Thinkstock/L'Observatoire des Cosmétiques

Les températures s’adoucissent, les rayons du soleil se font moins timides, les bourgeons pointent dans les arbres et les jardins refleurissent : eh oui, le printemps est là ! Avec ses appels aux grands nettoyages, qui vont du fond des placards… aux pores de la peau ! Nettoyer, débarrasser des impuretés, affiner le grain, libérer des cellules mortes accumulées depuis une semaine, voire un mois ou… parfois durant tout l’hiver (!), donner un coup de frais au teint : la saison est bien à l'exfoliation printanière. Mais qu’il vaut mieux ne pas pratiquer n’importe comment sur le visage… ni avec n’importe quoi. Bons gestes, conseils et sélection gommante des experts de L'Observatoire des Cosmétiques.

Temps de lecture
~ 4 minutes

Le bon gommage

En cosmétique, on connaît principalement deux techniques pour gommer (ou exfolier) la peau, selon le type d’actifs utilisé.

Les agents kératolytiques opèrent sans frottements (ou presque), par simple application de produits agissant sur la kératine de la peau pour en éliminer les cellules mortes. C’est le règne des acides de fruits ou de l’acide salicylique…
Les agents abrasifs , eux, nécessitent d’être appliqués en massage et fonctionnent (toutes proportions gardées, évidemment !) comme une toile émeri sur un mur à poncer.
Ils peuvent se présenter sous forme de microbilles parfaitement régulières (d’origine synthétique comme celles de polyéthylène, ou naturelle comme celles de jojoba), ou sous forme de poudres (particules micronisées, c’est-à-dire réduites à la taille de l’ordre du micron) de composés naturels durs (noyaux de fruits, écorces, pépins, grains, cristaux…). Moins uniformes, celles-ci peuvent conserver quelques arêtes vives un peu agressives que l’épiderme fragile et souvent sensible du visage peut apprécier modérément… si les agents abrasifs ne sont pas accompagnés d’actifs émollients, adoucissants et/ou apaisants de nature à compenser le geste inévitablement "décapant" et éventuellement irritant du gommage.

Dans tous les cas, il est évident que la formule d’un bon gommage ne doit pas laisser place aux …

Ce contenu n'est disponible que pour les abonnésPREMIUM, PRO, STARTUP et TPE

Vous êtes déjà abonné(e) ?Identifiez-vous

Découvrir nos abonnements


Eléments associés(2)

Conseiller les consommateursAutres articles

85résultats