HT :
TVA :
TTC :

Les inscriptions sont ouvertes !
mercredi 10 avril 2024Écoresponsabilité

Quelles perspectives pour la beauté naturelle ?

Quelles perspectives pour la beauté naturelle ?

Ce marché continue-t-il de séduire les consommatrices ? À l’occasion d’une journée de conférences organisée par l’Association Slow Cosmétique à Paris le 28 mars 2024, Jérémy Robiolle, Directeur du Développement de l’institut de sondages Xerfi, est venu répondre à cette question.

Temps de lecture
~ 2 minutes

Avant d’entrer dans le vif du sujet, l’expert a pris le temps de refaire la distinction entre cosmétique biologique (conçue par des marques spécialisées dans les soins naturels issus de l’agriculture bio, souvent labellisées par Ecocert et/ou Cosmébio) et les produits naturels (fabriqués par des Marques revendiquant la “naturalité” de leurs gammes et qui sont composés d’ingrédients d’origine naturelle, végétale ou minérale).

Selon Jérémy Robiolle, “ce marché est très dépendant de la situation économique du grand public, mais aussi des nouvelles pratiques”.
On observe une augmentation des préoccupations environnementales et sanitaires. Il y a également un effet d’entraînement de la consommation de denrées alimentaires bio vers le pendant cosmétique.
Cependant, le pouvoir d’achat des ménages est extrêmement contraint. La forte inflation enjoint à plus de prudence financière et forcément à un arbitrage sur les produits plaisirs, “dont font partie les cosmétiques”.
La part des citoyens qui a modifié ses habitudes à cause de la hausse des prix a augmenté entre décembre 2022 et juin 2023 (37 % versus 47 %).
Ils ont notamment changé de catégorie de gammes (9 % en 2022 versus 17 % en 2023). 43 % des ménages confient faire attention aux prix des soins qu’ils utilisent. …

Ce contenu n'est disponible que pour les abonnésPREMIUM, PRO, STARTUP et TPE

Vous êtes déjà abonné(e) ?Identifiez-vous

Découvrir nos abonnements

Les services PRO de CosmeticOBS

ÉcoresponsabilitéAutres articles

272résultats