mardi 15 mars 2011Ils font les cosmétiques

Michel Ceccaldi, le tisseur de liens de Cosmed

Avec ses allures et son discours (et son débit !) de bon commercial, Michel Ceccaldi explique.

Il a des journées bien remplies, fixe ses rendez-vous à Paris comme à Marseille. Ou Lyon ou Nantes ou… partout en France. À 52 ans, il est devenu le "Coordinateur des adhérents", à temps plein, pour Cosmed. Et ça fait quoi, un coordinateur des adhérents ? Si vous ne voyez pas bien (nous non plus au départ on l’avoue…), suivez-nous ! Et suivons ensemble Michel Ceccaldi au fil d’une de ses journées parisiennes, rythmée par son leitmotiv : Cosmed, Cosmed, Cosmed…

Temps de lecture
~ 6 minutes

Il a son bureau à Marseille, son domicile et sa famille aussi. Mais c’est toujours ailleurs qu’on l’a rencontré, comme en ce jour de novembre, où sa journée commence autour d’une table de réunion, dans une salle mise à disposition pour l’occasion par le laboratoire Covalmar, au sein du Muséum national d’histoire naturelle de Paris.


Autour de la table, un docteur en biologie, un producteur d’extraits végétaux, une créatrice d’entreprise, un consultant en cosmétique… Tous sont adhérents de Cosmed, et basés à Paris ou dans sa banlieue. Et ce qui les réunit, le thème du jour, c’est la préparation de la création de l’antenne parisienne de Cosmed, officiellement mise en place ce 9 décembre.

Cosmed ? Adhérents ? Antenne parisienne ? Vous êtes perdus ?
Avec ses allures et son discours (et son débit !) de bon commercial, Michel Ceccaldi explique.

Cosmed, l’association des PME de la filière cosmétique

" Cosmed a été créée il y a moins d’une dizaine d’années dans le but de réunir et fédérer les petites et moyennes entreprises de la filière cosmétique. Aujourd’hui, 60 % de nos adhérents comptent moins de 10 salariés. Toutes les familles de métiers peuvent nous r ejoindre. Fournisseurs de matières premières, fabricants de produits finis, donneurs d’ordre, spécialistes de l’expertise… : tous sont bienvenus, pour peu qu’ils aient un lien avec la cosmétique, bien sûr. "

Et à tous ces acteurs du monde cosmétique, Cosmed apporte d’abord du conseil, de l’information, de la formation.
Au programme des formations : les bases de la formulation, les bonnes pratiques de fabrication, la maîtrise du risque microbiologique, l’apprentissage des règles d’étiquetage des produits finis, les obligations à satisfaire avant de mettre un produit sur le marché, le risque juridique ou la gestion des stocks, la réglementation à l’export… entre autres thèmes dans un programme qui en compte une cinquantaine.

L’association organise aussi des journées d’informations, et propose à ses adhérents une veille réglementaire, nationale et internationale.

Cosmed veille

" Quatre personnes travaillent aujourd’hui au service réglementaire de Cosmed ", détaille Michel Ceccaldi. " Elles compilent les textes en vigueur en France, en Europe et dans tout le reste du monde pour les adhérents qui travaillent à l’export. Elles les mettent ensuite à disposition sur le site Internet de Cosmed, de façon très pratique, avec un moteur de recherche par mots-clés qui permet à chacun de trouver l’information précise dont il a besoin très rapidement. Elles conçoivent également des fiches synthétiques par thèmes (1 400 déjà !), et répondent aussi aux demandes d’aides individuelles par téléphone ou par mail… "


" C’est un service très précieux ", confirme Richard Hermann, gérant de la société Ardex et présent ce matin-là autour de la table de réunion. " Pour chaque question, même très précise et pointue, on obtient une réponse rapide… et pour un prix accessible ".
" Ce qui caractérise Cosmed, pour moi, c’est sa réactivité ", renchérit Nabila Chemillier, créatrice de la marque Nérolys. " Et ce partage d’infos se déroule dans un climat très convivial. Cosmed, c’est aussi du soutien… "
" Et un réseau ", complète Denis Duplat, du laboratoire Covalmar. " Les journées d’informations sont aussi l’occasion de rencontres avec d’autres personnes de la profession, avec des partenaires ou des clients potentiels… "
Et cette dimension de lien entre les différents adhérents est primordiale pour Cosmed.

Entretenir le lien

" L’association est très marquée par la personnalité de son secrétaire général, Robert Faure ", explique Michel Ceccaldi. " Un grand monsieur, plein d’énergie et de dynamisme, et qui ne s’est jamais départi de son bon sens provincial qu’il a su insuffler au réseau. C’est un peu la ‘culture’ Cosmed. Historiquement, cette association a une base marseillaise et ses premiers adhérents étaient regroupés dans le sud de la France. "

Mais la petite association a grandi, et elle compte aujourd’hui plus de 510 adhérents, répartis sur tout le territoire et même dans quelques pays limitrophes (Belgique, Suisse…).
Les distances ont toujours tendance à distendre les liens, les adhérents se sentent plus isolés, et ils connaissent aussi moins bien les ressources de leur association. Il fallait quelqu’un pour re-lier tout cela, il fallait un… coordinateur des adhérents, et Michel Ceccaldi a été désigné à ce poste en mai dernier.

Ceccaldi écoute " C’est encore en grande partie un rôle à créer, mais je passe beaucoup de temps à rendre visite aux adhérents, à leur présenter les services auxquels ils peuvent avoir accès grâce à l’association. J’en profite aussi pour entendre les attentes des uns et des autres et éventuellement, leurs besoins plus ponctuels. Il m’arrive ainsi, quand je le peux, de mettre en relation des adhérents qui peuvent travailler ensemble, échanger des informations et des services ou mutualiser leurs moyens… Et parfois, je profite aussi de ces visites pour récupérer des cotisations qui n’ont pas encore été versées ! "

Des antennes de proximité

Du fait des origines méditerranéennes de l’association, les premières antennes Cosmed ont tout naturellement été érigées dans le sud de la France, en Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Aquitaine…
Mais aujourd’hui, Cosmed compte 75 adhérents en région parisienne, une cinquantaine dans la région lyonnaise, et presque autant dans l’Ouest de la France. Pour garder ces liens de proximité si chers à l’association, il était donc devenu indispensable d’étendre le réseau, en créant des relais… que Michel Ceccaldi a eu la responsabilité de mettre en place.

Dans chaque région concernée, un comité de pilotage s’est mis en place, réunissant les adhérents volontaires, pour faire le point des besoins et établir les programmes des journées de lancement, le 2 décembre à Lyon, le 9 à Paris. Le scénario se répétera prochainement pour la création du Relais Grand Ouest, au printemps 2010.

Et encore d’autres liens

Autre rôle encore de Michel Ceccaldi, entretenir les liens avec les organismes et institutions. Sur son agenda figurent ainsi également des rendez-vous avec les DRIRE, les Chambres de commerce, l’Ademe, Oséo, d’autres associations, les institutions régionales, les pôles de compétitivité ou les universités, un intervenant à une journée technique comme aussi avec un banquier ou un journaliste !

" Le but est toujours le même :
, bâtir une structure de réseautage, repérer des hommes ou des organismes qui peuvent être utiles aux adhérents.
Cosmed n’est pas là pour ré-inventer ce qui existe déjà. Il n’est pas question de nous substituer aux organismes et aux cadres qui fonctionnement déjà. Mais d’orienter nos adhérents vers ceux qui peuvent leur être le plus utiles et dont parfois ils ignorent l’existence !
Si je devais résumer, je dirais que mon travail consiste à garder les yeux et les oreilles ouvertes et l’esprit en alerte, pour percevoir et analyser les besoins des uns et des autres, et mettre en place des réponses, des relations et pour tout dire, des liens, qui à terme, permettent d’améliorer la vie de nos entreprises
".

Vu comme ça, évidemment, on comprend la passion de Michel Ceccaldi pour ses nouvelles fonctions !

© 2011- 2020  CosmeticOBS

Ils font les cosmétiquesAutres articles

80résultats