jeudi 26 mai 2011Lexique cosmétique

Vieillissement cutané

© Jupiterimages - Thinkstock

Le vieillissement cutané est un phénomène inéluctable… Les rides et ridules ou toute autre manifestation cutanée sont les preuves du temps qui passe et qui se lit sur notre visage. Tout comme l’ensemble de notre organisme, la peau subit des modifications au cours du temps. Pour mieux comprendre ce contre quoi nous nous "battons", l’Observatoire des Cosmétiques décrypte pour vous le mécanisme du vieillissement cutané.

Temps de lecture
~ 5 minutes

Les causes intrinsèques

Le vieillissement intrinsèque est le vieillissement physiologique lié à notre hérédité. En effet, chaque individu a un vieillissement spécifique écrit depuis sa naissance dans son code génétique ; c’est un héritage inéluctable. Il se traduit par des modifications de l’aspect, de la structure et des fonctions de la peau tout au long de la vie et s’observe sur l’ensemble du corps.

Les modifications ont lieu à tous les niveaux de la peau : principalement dans l’ épiderme et le derme et dans une moindre mesure l’hypoderme.

Les causes extrinsèques

Le vieillissement extrinsèque est dû aux éléments extérieurs qui ont une influence sur la santé de notre peau. Ce sont des comportements à risque comme une mauvaise hygiène de vie (consommation de tabac, d’alcool ou mauvaise hygiène alimentaire), l’utilisation de produits cosmétiques non adaptés ou trop agressifs et, surtout, les expositions au soleil.

En effet, le soleil est responsable d’un vieillissement prématuré de la peau que l’on appelle le vieillissement actinique, photo-induit ou héliodermie.

Sous l’effet des radiations UV, les radicaux libres apparaissent en plus grande quantité dans la peau et créent des dommages qui accélèrent le vieillissement cutané.


Effets sur l’épiderme

Lorsque l’on avance en âge, certains aspects de l’ épiderme se modifient :

• La couche cornée s’épaissit sur certaines zones à cause d’un renouvellement cellulaire plus lent : la desquamation est moins rapide, la peau est plus rêche au toucher.
• L’ épiderme perd de son épaisseur, de sa densité.
• Le nombre de mélanocytes (cellules responsables de la production de mélanine) diminue progressivement et leur répartition devient inharmonieuse. Il peut alors s’observer sur certaines zones une production déséquilibrée de mélanine ; la peau devient plus sensible au soleil et des taches pigmentaires peuvent apparaître.
• La sécrétion sébacée diminue, la composition du film hydrolipidique se modifie, la peau devient plus sèche, moins bien nourrie et hydratée.
• Les cellules de Langerhans diminuent en nombre, d’où une perturbation des réponses immunitaires.

Effets sur le derme

Les effets du vieillissement cutané sur le derme sont les suivants :

• Les fibroblastes diminuent en nombre et en taille, ce qui provoque un ralentissement de la synthèse des fibres d’élastine, de collagène, et des glycoprotéines (grosses molécules entrant dans la composition de la substance fondamentale, sorte de gel dans lequel baignent les cellules du derme ).
• La rétention de l’eau est moins bonne car la substance fondamentale se renouvelle difficilement.
• Les fibres de collagène se dissocient, d’où perte de fermeté.
• Les fibres d’élastine sont moins nombreuses et de moins bonne qualité, d’où perte de tonus et d’élasticité.
• La vascularisation du derme diminue, ce qui explique le teint pâle des personnes âgées.

De plus, l’ épiderme et le derme sont séparés par la jonction dermo-épidermique, qui s’aplatit au fil des ans : il y a donc une perte de la cohésion entre les deux couches de la peau. Cet aplatissement est à l’origine de la formation des rides.


Les actions cosmétiques sur l’épiderme

Certaines actions sont possibles afin de limiter les effets du vieillissement cutané sur l’ épiderme :

• Renforcer le film hydrolipidique afin de pallier la diminution de la sécrétion sébacée ( hydratation et nutrition).
• Réaliser des gommages afin d’éliminer les cellules mortes et donc de désépaissir la couche cornée.
• Utiliser une protection solaire adaptée afin de protéger la peau et d’éviter les dommages causés par le soleil.

Les actions sur l’ épiderme sont des actions de surface. En effet, même si le vieillissement cutané se répercute sur cette couche de la peau, les dommages et les marques les plus prononcés se trouvent dans le derme .En revanche, même s’il n’y a pasd’actions sur les rides ou la fermeté au niveau de l’ épiderme , un soin hydratant et/ou anti-âge régulier permettra de maintenir la peau en bonne santé en la nourrissant et en empêchant la déshydratation due à l’atrophie du derme .

Les actions cosmétiques sur le derme

Agir sur le derme est plus difficile. Les molécules actives ont un peu plus de difficultés à atteindre cette couche de la peau. L’efficacité des actifs est donc théorique même si certains d’entre eux parviennent quand même à atteindre le derme .

Les actions possibles sur le derme sont surtout des stimulations ou des apports grâce à des actifs, et en particulier l’ hydratation afin de compenser la perte en substance fondamentale. Il est rare que les cellules lésées du derme se reconstruisent grâce à l’action d’actifs cosmétiques ; cependant, on peut jouer sur la prévention en limitant les dégâts à travers une bonne hygiène de vie et une hydratation de la peau (corps et visage) quotidienne.

ML

© 2011- 2020  CosmeticOBS

Lexique cosmétiqueAutres articles