mercredi 12 octobre 2011Portraits

La Cosmetic Valley : quand l'excellence est Made in... Chartres

undefined

La Cosmetic Valley est le premier pôle de compétitivité dédié à la parfumerie et à la cosmétique dans le monde. Cette définition peut sembler légèrement abstraite aux non-initiés : elle n’en recouvre pas moins des réalités très concrètes, faites de synergies entre les entreprises, d’économie, de promotion de la recherche, d’image de marque de la cosmétique française… Incontestablement, il se passe quelque chose autour de Chartres où est basée la Cosmetic Valley, qui n’est pas anodin pour la filière cosmétique, et que Jean-Luc Ansel, son Directeur Général, a expliqué à L’Observatoire des Cosmétiques.

Temps de lecture
~ 5 minutes

La Cosmetic Valley, c’est d’abord une zone géographique : sept départements du grand ouest et sud de Paris, répartis sur les régions Centre, Île-de-France et Haute-Normandie. Un réservoir qui compte 550 entreprises du secteur cosmétique, grandes marques ou PME, fabricants de packaging, sous-traitants, et jusqu’aux agriculteurs fournissant les matières premières végétales des ingrédients cosmétiques : un bassin de près de 47 000 emplois.

À l’origine (en 1994) petite association d’entreprises locales, la Cosmetic Valley a pris sa vraie dimension en 2005, quand elle a été labellisée "Pôle de compétitivité" par le Comité interministériel d’aménagement et de compétitivité des territoires.
Sa mission : développer la filière cosmétique en France, la faire rayonner dans le monde.

Synergies de proximité

" Le regroupement au même endroit est important ", explique Jean-Luc Ansel. " Les synergies se mettent en place avec plus d’efficacité. On crée du lien et on commerce plus facilement. Les relations s’organisent surtout de façon verticale, mais cela crée aussi une réelle émulation entre les différents partenaires ".

Et le système marche : la Cosmetic Valley attire. " Les acteurs de la cosmétique viennent d’abord s’implanter en France, connue pour son savoir-faire en la matière ", précise Jean-Luc Ansel, " puis …

Ce contenu n'est disponible que pour les abonnésPREMIUM, PRO, STARTUP et TPE

Vous êtes déjà abonné(e) ?Identifiez-vous

Découvrir nos abonnements

PortraitsAutres articles

88résultats