jeudi 14 janvier 2021Zoom Nouveautés

Le mot cica envahit le paysage du soin

Le mot cica envahit le paysage du soin

Le mot cica se généralise. Initialement destiné au soin des cicatrices, ce chouchou des dermatos gagne toutes les sphères du skin care (anti-âge, lèvres, masques…) et apparaît même dans les soins du corps et des cheveux. Voilà que cet indispensable du quotidien, ce héros des peaux fragilisées de toute la famille devient un produit pointu, associé aux dernières tendances du soin (probiotiques, science florale…). Même les marques de luxe le déclinent ! Le port du masque (et les irritations qu’il occasionne) n’est pas étranger à son succès.

Temps de lecture
~ 4 minutes

Ce produit phare des marques dermatologiques (La Roche-Posay, Avène, Uriage, SVR…) évolue pour devenir plus généraliste et adopter les galéniques les plus modernes (sleeping mask, sérum avec pipette, masques en biocellulose pour le visage ou les lèvres…).

Toujours aussi réparateur, le côté antibactérien a souvent été mis de côté et il se décline désormais dans des formules clean qui n’altèrent pas le microbiome, voire même s’enrichit de probiotiques, comme chez Biosme (La Peau Douce Cica-Crème Biotic Réparatrice Apaisante Visage et Corps de Biosme, 50 ml, 22 €, certifiée bio et formulée sans conservateurs synthétiques).

Mais c’est la nouvelle gamme Bariéderm-Cica Daily d’Uriage qui, à elle seule, résume le mieux cette tendance du soin cica au quotidien (Sérum, 30 ml, 30,90 € et Gel-crème, 40 ml, 19,90 €, à partir de février).
Elle renferme 10,5 % de complexe Thermal-Biotic (à base d’Eau Thermale d’Uriage et de prébiotiques pour réparer les barrières cutanée et microbienne), de la centella asiatica (actif star de la cica connection) et de l’acide hyaluronique (à bas et haut poids moléculaire) pour les deux produits, plus un dipeptide pour le sérum et de la vitamine B5, ainsi qu’un duo cuivre-zinc purifiant (traditionnellement utilisé pour limiter la prolifération bactérienne et l’apparition des imperfections) pour le gel-crème. Les textures sensorielles, non parfumées, sont une première, loin des galéniques “pansements” habituelles.
Fluides et fraîches, elles pénètrent instantanément, permettant une utilisation quotidienne sur l’ensemble du visage. Les formules haute tolérance conviennent à toutes les peaux même les plus sensibles, une des forces des soins cica.

Avec ou sans actifs antibactériens ?

C’est le choix de SVR et de sa ligne Cicavit+ de se passer des habituels actifs antibactériens, pour ne pas altérer le microbiome cutané, dont les “bonnes” bactéries contribuent au processus de cicatrisation. La gamme innovante compte désormais sept produits, dont les deux dernières nouveautés dédiées au soin des lèvres très sèches et fragilisées, composées respectivement à 91 % et 99,4 % d’ingrédients naturels, dont un sucre prébiotique pour une réparation accélérée (Cicavit+ Masque Lèvres en biocellulose naturelle, 5 ml, 5 € et Cicavit+ Lèvres, Baume protecteur réparation accélérée, 10 g, 5,90 €).

Les marques de luxe s’y mettent !

Dior en a fait son premier soin essentiel (Baume Cica-Réparateur à la Camomille Visage et Corps, 75 ml, 50 €).
C’est en accompagnant le personnel soignant et les femmes dans un monde en pleine évolution qu’il l’a mis au point, avec la vocation de prendre soin de tous jour après jour et de répondre aux attentes de réassurance et de nouveaux repères.
À base de cire de camomille “sauvage” (calmante, apaisante et protectrice) et de centella asiatica, ce baume reflète le besoin de revenir à un indispensable du quotidien. Il réconforte les zones sèches du corps comme les endroits les plus fragiles du visage, qui peut être irrité par le vent et le froid, les frictions ou le port d’un masque.
Doté d’un pH proche de celui de la peau, composé à 91 % d’ingrédients d’origine naturelle et formulé sans parfum, il aide à apaiser les sensations d’irritations et respecte totalement les épidermes fragilisés par le quotidien.
La texture sensorielle se métamorphose au contact de la peau en un film très fin et enveloppant qui n’engorge pas la peau mais la nourrit en profondeur. Le packaging s’appuie sur une date fondatrice : 1967, année de naissance du soin Dior.

Des textures bien plus modernes

Dans la cica planète, on trouve encore des masques pour le visage en biocellulose, bien utiles en ce moment (Cicaplex® Flash Masque imprégné hydra-apaisant de Soskin, vendu par lot de 3 - 10 ml par sachet - 27,90 €), ou des sleeping mask apaisants et hydratants (Masque de Nuit Cica LANEIGE, 60 ml, 32 €, exclusivement chez Sephora). A-Derma imagine pour le printemps prochain dans sa gamme Dermalibour + des soins S.O.S contenant jusqu’à 100% d’ingrédients d’origine naturelle, pour réparer les irritations sèches de toute la famille (Cica-Crème 50 ml, 8,70 € ou 100 ml, 13,60 € ; Cica Stick, 8 g, 9,10 € ; Cica gel moussant 100 ml, 9,40 € ou 200 ml, 13,90 €, à partir de la mi-mars), ainsi que des formules solaires pour protéger les peaux lésées et améliorer leur cicatrisation (Epitheliale AH Ultra SPF 50+ 100 ml, 9,40 € ou 200 ml, 13,90 €, à partir de la mi-avril).

Et même pour le corps ou les cheveux

Si Mixa (Cica-Crème Nourrissante Réparatrice certifiée bio, 50 ml, 6,50 €) et L’Oréal Paris (Revitalift Cica-Crème, 40 ml, 11,90 €), ont popularisé le soin Cica en GMS, c’est un nouveau territoire qu’explore Sanoflore, celui des vergetures et de la grossesse (Huile Multi-Correction Marques et Vergetures Cica-Natura, 110 ml, 28,50 €), une excellente initiative !

Et les cheveux n’échappent pas à la règle, témoin le dernier lancement de Kérastase qui cible la réparation nocturne des cheveux décolorés ou méchés (Sérum Cicanuit, Sérum de Nuit, 90 ml, 45 €).
C’est le troisième produit de la gamme Blond Absolu, après Cicaflash Fondant Fortifiant Profond (250 ml, 40 €) et Cicaplasme Sérum universel fortifiant thermo-protecteur, sans rinçage (150 ml, 33 €).

Le port du masque remet le soin cica sur le devant de la scène

On peut voir dans les raisons d’une telle réussite l’universalité “couteau suisse” de ce soin qui peut aussi bien soulager les nez rouges des enrhumées, les mains gercées ou les pieds secs, les lèvres fendillées ou les dartres… mais bien sûr, le besoin de réparation cutanée est plus pressant depuis l’usage quotidien du port du masque. L’occlusion et les frictions qu’il engendre peuvent induire des dermites irritatives ou, au contraire, amplifier des affections déjà présentes comme la dermatite atopique, la couperose, la rosacée ou l’acné. L’explosion des tatouages et des interventions esthétiques (lasers, peelings, liftings…), ne sont pas non plus étrangers à son succès.

Ariane Le Febvre
© 2021  CosmeticOBS

Zoom NouveautésAutres articles

377résultats