CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
8 juillet 2019Comptes-rendus Congrès

Filière cosmétique : poids lourd de l’économie française pro Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Filière cosmétique : poids lourd de l’économie française

Futile, l’industrie cosmétique ? Pas tant que ça… À l’occasion de son assemblée générale qui s’est tenue à Paris le 5 juin 2019, la FEBEA a dévoilé les résultats d’une étude menée par le cabinet Astères sur le poids économique des entreprises de la beauté en France. L’industrie cosmétique participe activement à la richesse ainsi qu’au rayonnement du pays.

Temps de lecture : ~ 8 minutes

Cet article n'est disponible que pour les abonnés PRO

“Avant même de présenter les chiffres, le premier enseignement de cette étude est que l’on est capable, en France, de monter des filières d’excellence”, introduit Nicolas Bouzou, économiste et directeur du cabinet Astères.

L’économie de la filière cosmétique

Aujourd’hui, l’industrie cosmétique pèse lourd. “Les entreprises de cosmétiques françaises sont présentes sur l’ensemble du territoire. Pour toute la chaîne de valeur (matières premières, fabrication, distribution), ce sont plus de 5900 établissements (3200 entreprises) qui sont répartis à 67 % en région et 33 % en Ile-de-France”, indique le cabinet Astères. “Pas moins de 82 % des entreprises sont à capital familial unique ce qui est supérieur à la plupart des filières industrielles, et particulièrement à la plupart de celles qui exportent. Les entreprises familiales cosmétiques ont des taux d’endettement six fois moins élevés que leurs concurrentes non-familiales et des rendements de capitaux propres de 7 % contre 6 %. Enfin, les entreprises cosmétiques sont solides et les créations sont dynamiques. 170 par an ont été créées entre 2000 et 2016 et leur moyenne d’âge est de 16 ans”.

Toutes ces structures participent activement à l’économie du pays. En 2017, le chiffre d’affaires total de l’ensemble de la filière culminait à 45 milliards d’euros réparti comme ceci :
• 2,9 milliards pour les fournisseurs de ...