CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
10 juillet 2019Comptes-rendus Congrès

Les méthodes de réduction de la charge microbienne pro Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

Françoise Audebert

Les challenges de la conservation d’un produit cosmétique sont tels que parfois… sa formule ne passe pas le challenge-test…. Pour sauver un lot contaminé par des micro-organismes de la benne à ordures, le derniers recours peut être un traitement comme une stérilisation ou une irradiation. Des techniques qui peuvent être utilisées en cosmétique, mais qui ne sont pas toujours très bien encadrées. À la demande de l’ANSM, la FEBEA a entamé une réflexion à ce sujet, de façon à clarifier et formaliser les bonnes pratiques. Ses travaux ne sont pas finalisés, mais Françoise Audebert, Conseillère scientifique de la FEBEA, en a présenté les premiers résultats lors des 3e Rencontres de la Qualité Cosmétique, qui se sont tenues les 26 et 27 juin 2019.

Temps de lecture : ~ 24 minutes

Cet article n'est disponible que pour les abonnés PRO

Les produits cosmétiques sont-ils à risque de contamination microbienne ? Si l’on en croit le RAPEX, ce système européen qui répertorie les produits de consommation retirés du marché du fait de leur non-conformité ou de leur dangerosité, la réponse est oui. La contamination microbienne représente le deuxième risque de retrait de produits après le risque chimique. En 2018, elle représentait environ 14 % des notifications, 16 % pour les six premiers mois de 2019.
La majorité des signalements est due à la présence de bactéries aérobies mésophiles, et ils concernent autant les produits de maquillage que les savons, les produits pour le bain ou les poudres pour colorations capillaires…
“Oui, il faut se soucier de la protection contre la contamination des produits”, a commenté Françoise Audebert.

Les différentes sources de contaminations

L’augmentation de la charge microbienne initiale dépend bien sûr des matières premières mais aussi de l’eau et peut être apportée aux différentes étapes de fabrication, par l’homme ou par l’environnement dans lequel le produit est fabriqué.
Les risques de multiplication de cette charge microbienne (initiale ou additionnelle) peuvent venir des conditions de stockage mais aussi lors de la phase de l’utilisation par le consommateur.

La contamination microbienne des matières ...