CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
27 juillet 2015Comptes-rendus Congrès

Perturbateurs endocriniens : comment évaluer leur sécurité ? pro Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

© L'Observatoire des Cosmétiques

Les effets des perturbateurs endocriniens sur la santé et la reproduction humaine suscitent beaucoup d’inquiétudes et d’émotions dans le public. Sur quelles bases doit-on les évaluer pour les réglementer au mieux : sur le danger potentiel qu’ils représentent, ou sur les risques qu’ils constituent réellement ? Le débat agite les sphères politiques et scientifiques. Gisela Degen est venue présenter le point de vue du CSSC lors de la deuxième Conférence Internationale de Cosmetics Europe qui s’est tenue les 16 et 17 juin 2015 à Bruxelles.

Temps de lecture : ~ 9 minutes

Cet article n'est disponible que pour les abonnés PRO

En charge de l’étude des risques chimiques à l’Institut de recherches ifADo de Dortmund, Gisela Degen est aussi membre permanente du CSSC. C’est une scientifique, et c’est en tant que telle qu’elle s’exprime. Elle a ainsi tenu à commencer sa présentation par quelques définitions.

Leçon de vocabulaire

Un point crucial dans l’évaluation de la sécurité des ingrédients cosmétiques ayant des propriétés de perturbation endocrinienne est la différence entre le danger d’une substance, ce qu’elle peut faire, et le risque qu’elle représente, ce qu’elle fait réellement, notamment compte tenu de ses voies d’application et de l’exposition humaine. L’image classique pour illustrer ce point est celle d’un lion : il est réellement dangereux pour l’homme puisqu’il peut l’attaquer et le tuer, mais s’il est en cage, le risque qu’il représente est minime, voire inexistant.
Aujourd’hui, les substances chimiques sont évaluées sur la base du risque qu’elles constituent avant d’être réglementées. Mais les perturbateurs endocriniens ont des caractéristiques à ce point spécifiques que ce principe est remis en cause.

La définition de l’OMS

En 2002, l’IPCS (International Programme on Chemical ...