CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
3 janvier 2018Ils font les cosmétiques

My Beauty Community : une appli qui vous veut du bien

Entre les nouveaux produits qui arrivent régulièrement sur le marché, le matraquage publicitaire ou encore les différents avis que l’on trouve dans la presse, le consommateur est bien souvent perdu quand il s’agit d’acheter des cosmétiques. Marine Chevalier, créatrice de My Beauty Community, a souhaité répondre à cette problématique à travers une plateforme mobile permettant aux utilisateurs de se conseiller entre eux. Ici, pas de publicité ou d’enjeux financiers, tout est basé sur la confiance et la bienveillance.

Un peu globe-trotteuse dans l’âme, Marine Chevalier part, dans le cadre de ses études de commerce, à New-York, puis à Barcelone. Une fois diplômée, elle décide de tenter à nouveau une expérience à l’étranger. Elle s’expatrie à Londres et travaille pour la marque de cosmétiques Victoria Jackson. "Je vendais des produits dans la rue, c’était vraiment un poste de commercial. J’avais envie d’avoir un apprentissage sur le terrain pour mieux comprendre tous les enjeux de ma formation en marketing", explique-t-elle.

De retour en France, elle s’essaye à un poste en cabinet de conseil mais ne s’épanouit pas vraiment. Elle décide donc de retourner travailler en cosmétique pour la marque Doux Me, une aventure qui confirme son goût et son attirance pour le secteur de la beauté.

Après être passée par Birchbox (anciennement Jolie Box) où elle était en charge d’un portefeuille client de 300 marques, Marine Chevalier atterrit chez Sephora. Elle y reste trois ans mais décide de quitter le navire pour lancer son propre blog beauté. Pourquoi ? Au fil de ses différentes expériences professionnelles, elle s’aperçoit que les avis que l’on trouve sur les cosmétiques ne sont pas forcément très fiables. Bien souvent, on ne sait pas qui se cache derrière. En se mettant à son compte, elle espère donc pouvoir rétablir un peu de transparence et d’honnêteté vis-à-vis du consommateur. "De plus, les distributeurs commissionnent leurs vendeuses sur des marques différentes chaque semaines. Quand le client se rend en boutique, il est poussé à acheter un produit qui ne lui convient pas forcément, tout simplement parce qu’il y a des intérêts financiers derrière", dévoile Marine Chevalier.
Son blog connait un succès rapide. Bien qu’elle s’en réjouisse, elle se rend compte qu’elle est de plus en plus sollicitée par les marques. Le constat est sans appel : plus les blogueuses sont influentes, moins elles peuvent dire ce qu’elles pensent.

Convaincue qu’il y a une porte de sortie à la pression exercée par les marques, Marine Chevalier commence à mûrir un projet : une communauté qui s’échangerait des conseils beauté de façon franche.
Elle crée d’abord un groupe privé sur Facebook pour voir si elle arrive à fédérer une communauté et si celle-ci est réceptive. Le test est probant, elle décide donc de passer à l’étape supérieure.
Marine Chevalier a dans l’idée de développer une plateforme mobile, utilisable au moment où l’on réalise un achat afin de comparer les différents avis et faire le bon choix.
Elle souhaite aller plus loin en proposant de faire correspondre (grâce à un algorithme de matching) des profils d’utilisateurs ayant les mêmes intérêts et problématiques cutanées, ainsi les conseils échangés sont d’autant plus pertinents.

Parce qu’elle veut que My Beauty Community soit utile, elle décide d’intégrer dans son business plan des donations régulières aux Centres de Beauté du CEW pour les aider à proposer des soins esthétiques gratuits aux personnes malades. Selon elle, "ces actions aident à mieux vivre et à donner du sens à la beauté".

My Beauty Community est né dans l’esprit de la fondatrice en avril 2016, elle passe en phase de création deux mois plus tard et lance la société en octobre de la même année.
Elle s’entoure d’un prestataire pour la partie développement technique. Heureux hasard ou rencontre providentielle, entre les deux, c’est le coup de foudre professionnel. Marine Chevalier en fait son associé.

Les Millenials

L’application sort en septembre 2017. Le succès est au rendez-vous puisqu’en quelques mois seulement, elle comptabilise près de 4000 téléchargements. Elle est totalement gratuite pour les utilisateurs qui lui attribue d’ailleurs une note sur les stores de plus de 4,5 sur 5 !

Ce sont les Millenials (13-25 ans) qui plébiscitent le plus My Beauty Community, sans grand étonnement d’ailleurs. Avec l’avènement des blogueuses beauté, ces jeunes filles sont au fait de plus en plus tôt des tendances beauté. Néanmoins, elles ont besoin de transparence et de conseils honnêtes. "Les moins âgées postent de façon candide, elles sont à la recherche de l’expertise qu’une grande sœur pourrait leur apporter", explique Marine Chevalier.
Sur la plateforme, les filles trouvent des fiches produits détaillées et peuvent se constituer un réseau personnel et privilégié.

La fondatrice chouchoute sa communauté. Consciente du jeune âge de certaines utilisatrices, elle exerce une modération de fer sur son application. Ici, pas de place pour les insultes ou pour des propos déplacés.
Si une utilisatrice reçoit des mauvais conseils, elle peut signaler le compte incriminé. Au bout de trois rappels à l’ordre, le profil n’a plus accès à la plateforme.
Marine Chevalier justifie ces règles strictes par "une volonté de garder un esprit pur et d’assurer la sécurité des Beauties (ndlr : membres de la communauté). Elles doivent s’engager à respecter une charte afin que la bienveillance règne".

En plus d’échanger des tips beauté, les Beauties peuvent également être sélectionnées pour participer à des campagnes de test. Plus elles sont actives sur la plateforme, plus elles cumulent des points et sont susceptibles d’être choisies.
Marine Chevalier insiste sur "l’importance de l’objectivité. On répète bien aux filles que peu importe la note qu’elles mettent à un produit, elles gagneront le même nombre de points".

Les marques sont d’ailleurs très friandes des retours clients fiables. De plus en plus, elles sollicitent My Beauty Community pour mettre en place des sessions d’essais produits sur des cibles très qualifiées. Une opportunité supplémentaire d’optimiser le développement de leurs cosmétiques mais surtout de communiquer auprès d’une cible de Millenials.
Marine Chevalier précise que "la liste des ingrédients des cosmétiques est vérifiée avant tout envoi aux Beauties. Leur sécurité doit être assurée avant tout".

Du virtuel au réel ?

Bien que l’application soit 100 % digitale, il est important pour Marine Chevalier de rencontrer sa communauté. "Nous avons réalisé un premier meet-up au corner Birchbox. Le thème était Stop Aux Yeux de Panda. Le but était de faire tester aux filles des produits autour de cette thématique. Pour l’occasion, je m’étais même déguisée en panda ! J’espère pouvoir en refaire, et ce dans toute la France. Mais je préviens, si on fait un événement sur le thème Stop à la Peau de Croco, je ne m’habille pas en crocodile !", plaisante-t-elle.

Pour l’année 2018, Marine Chevalier espère accroître le nombre de téléchargements en se développant à l’international et mettre en place un module de décryptage des listes INCI pour aider les consommatrices à savoir ce qu’il y a de mieux pour elles.

JS

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques

Tous les articles (53)