mardi 17 mars 2009Ils font les cosmétiques

Violette Watine, le coeur de Mademoiselle Bio

Violette Watine : Madame... Mademoiselle Bio !

Est-ce un nom ? Un surnom ou un pseudo ? Une marque ?… Au fil du temps, Mademoiselle Bio est devenu tout cela à la fois. Et bien plus encore (et depuis les tout débuts) : Mademoiselle Bio est une aventure. Imaginée, portée et vécue au quotidien par sa fondatrice, une vraie Madame et tout à fait Bio : Violette Watine.

Temps de lecture
~ 5 minutes



NB : depuis la rédaction de cet article, la situation et le positionnement de Violette Watine ont connu quelques évolutions.
En 2010, elle annonce son "mariage" avec Biu Beauté Bio, avec à la clé l’extension de l’enseigne du web à des boutiques parisiennes.
Fin  2011, la cession est consommée. Violette Watine laisse Mademoiselle Bio à ses repreneurs et se lance dans une activité de conseil en marketing et de communication digitale.

" Mademoiselle Bio est né d’un cheminement personnel. C’était une envie, une démarche intuitive, une façon de trouver ce dont j’avais besoin en cosmétique bio… mais au départ, je n’y connaissais rien du tout ! ".
Violette Watine a des excuses. Quand on sort de chez L’Oréal après être passée chez Procter & Gamble en provenance directe d’une école de commerce, on a toutes les raisons de voir le bio comme une autre planète un peu étrange…

Mademoiselle conventionnelle

Dans une autre vie, elle était en effet "Chef de groupe marketing international" pour Lancôme. Elle travaillait dans le secteur des nettoyants, démaquillants ou hydratants au développement des produits pour adapter formules, packagings, pubs et plans médias aux tendances et exigences des marchés étrangers.
À l’époque, elle croyait dur comme fer à la "philosophie" L’Oréal : " On est les meilleurs, on est meilleurs que tous les autres, on est les meilleurs… Des questions ? Pas question : on est les meilleurs. ". Elle était « "passionnée par son boulot" et "pesait" 250 millions de chiffre d’affaires. Elle s’est un peu allégée depuis, tant dans son poids financier que dans ses certitudes !

bijou Le déclic Augustin

Mademoiselle (ou plutôt Madame !) Watine aurait pu poursuivre une brillante carrière dans la cosmétique conventionnelle. Mais Augustin s’est annoncé : Violette était enceinte, et comme beaucoup d’autres au moment de la première grossesse, a commencé à reconsidérer un peu son mode de vie : " Je voulais le meilleur pour mon enfant. Des produits sains, frais, des légumes qui avaient du goût… donc du bio ! ".
Mais elle ne s’arrête pas à l’alimentation. Sur les conseils d’une haptonome, elle apprend à toucher au cœur de la vie et utilise pour la première fois un cosmétique bio : une huile anti-vergetures. "J’ai eu alors beaucoup de discussions avec des adeptes du bio, et j’ai commencé à tout remettre en questions. J’ai réappris le bon sens, ressenti le besoin de me reconnecter à la terre… ". Le vert était dans le fruit des amours de Mademoiselle… devenue Bio convaincue.

Bio dynamique !

Tout y passe. L’engagement dans une AMAP (Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne), l’alimentation, les produits ménagers, les jeux de son enfant, les médecines naturelles et jusqu’à la gomme dans la trousse d’école de son fils qui est aujourd’hui écologique. Violette Watine n’est pas du genre à faire les choses à moitié.
Vive, enthousiaste, nature dans l’âme, fonceuse dans la démarche et parisienne dans l’air, elle s’engage à fond dans son nouveau credo, dans sa désormais célèbre "Beauté engagée" : un petit Louis (son deuxième fils) plus tard, elle crée Mademoiselle Bio. Le dessous de la table de son salon s’en souvient encore…

salon Folle entreprise

" Il faut être un peu inconsciente pour créer son entreprise. J’avais une idée, mais pas vraiment conscience des contraintes économiques : ça ne me semblait pas important. J’avais une envie très sincère, mais aucune idée de ce que c’était de créer une boîte et de la faire tourner ! ".
Le feeling a payé. La démarche plaît, la presse suit, les consommatrices aussi. Parce que Mademoiselle Bio vend des cosmétiques autrement. Dès ses débuts, en plus des premières marques sélectionnées par ses soins, Violette Watine installe sur son site une partie "Expertise" (" Je l’ai fait pour comprendre et informer le public. Tout n’est pas tout blanc ni tout noir, il n’existe pas de cosmétique parfait. Mais il faut savoir pour pouvoir choisir .") et un blog, pour maintenir un lien humain.
Elle commence sur Internet pour "démarrer doucement", elle se retrouve très vite à travailler les soirées et les week-ends : "Sur le web, tout va très vite. Rien n’est jamais gagné et il n’y a pas de rente de situation : si on n’avance pas, on recule. ".

Bio diversité

Mais ça marche. Et de mieux en mieux. Après avoir été surtout un tremplin pour de petites marques inconnues, Mademoiselle Bio s’ouvre aujourd’hui à des références plus classiques et étend son offre aux valeurs historiques. En juin 2009, c'est la première boutique à Paris.

equipe L’aventure continue, et continue de balayer sur son passage les idées reçues et les concepts préfabriqués. Quand on la rencontre, Violette Watine parle avec les mains, avec son cœur, avec sa tête aussi, enfin avec tous les moyens de communication dont elle dispose pour faire passer son message et convaincre.
Elle impose son approche personnelle des cosmétiques, définit ses critères de sélection, poursuit son cheminement personnel avec la lecture des livres de Matthieu Ricard, trouve toujours que rien ne va assez vite, défend ses passions avec autant de conviction qu’elle dénonce les pratiques du conventionnel, comme l’utilisation des nanocapsules, cette "révolution anti-âge" qui fait courir à notre santé des risques d’un autre âge…

violette2 Développement durable

Violette Watine voit l’avenir en coup de vent, mais toujours en allant de l’avant, avec l’espoir de "trouver un équilibre pérenne sans revenir sur ses convictions" .
L’équilibre durable, on le lui souhaite bien sincèrement. Quant à ses convictions, on ne se fait pas de souci pour elles : elles sont bien accrochées au cœur de Mademoiselle Bio !

© 2009- 2020  CosmeticOBS

Ils font les cosmétiquesAutres articles

80résultats