CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
25 septembre 2017Les tendances cosmétiques

Fusions-acquisitions : la filière cosmétique sous le feu des projecteurs pro Ajouter à mon portfolio
fonctionnalité réservé aux abonnés pro
voir nos formules d'abonnement

© CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques

Le marché des fusion-acquisition lié à l’industrie des cosmétiques arrive à une phase inédite qu’on pourrait décrire comme suit : "atteindre rapidement une taille critique, ou s’adosser à un leader mondial". C'est un des enseignements d'une étude, "Beauty is now in ‘the eye of the acquirers’", que vient de publier Capitalmind sur les marques de cosmétiques et qui analyse les dynamiques des acteurs et les enjeux actuels de cette filière mondiale au sein de laquelle la France joue un rôle de premier plan.

Temps de lecture : ~ 4 minutes

Cet article n'est disponible que pour les abonnés PRO

Selon cette étude, la consolidation du marché est stimulée par les principaux leaders mondiaux, toujours à la recherche de marques émergentes, d’innovations, de nouveaux accès-marché, ainsi que par les fonds d’investissement qui accompagnent de plus en plus de nouvelles marques ou concepts dans l’accélération de leur développement, souvent à l’international. Ce contexte tire les valorisations du secteur vers le haut.

Une industrie en croissance

Le marché mondial de la beauté a progressé de 5 % en 2016 et a enregistré un taux de croissance annuel moyen de 4 % sur les 10 dernières années. Cette dynamique s’explique principalement par la croissance des marchés émergents mais aussi par la demande en hausse pour des produits "premium". Parmi les différents segments (maquillage, soins du visage, soin du corps, parfums), le maquillage se fait la part belle avec une progression de 8,4 % en 2016. Dans les tendances à surveiller : le bio/le naturel, la beauté active et les produits plus respectueux de l’environnement.

Un marché à double facette

"Avec un top 10 qui truste à peine 50 % du marché mondial, l’industrie des cosmétiques reste encore fragmentée avec en bout de chaine de nombreux acteurs régionaux ayant généralement besoin de capitaux pour poursuivre ou accélérer ...