HT :
TVA :
TTC :

Les inscriptions sont ouvertes !
mardi 19 septembre 2023Marché

Le futur de la parfumerie selon Mintel

Le futur de la parfumerie selon Mintel

À l’instar du marché du soin, le secteur de la parfumerie est impacté par l’inflation et par la perte de pouvoir d’achat du grand public. Dans un récent article, le cabinet de prospectives Mintel a dressé la liste des défis que le monde de l’olfaction va devoir relever afin de s’assurer les faveurs des clients.

Temps de lecture
~ 2 minutes

Déjà bousculé par la pandémie et par les différents confinements (les consommateurs ont eu tendance à moins se parfumer durant cette période), ce segment de la cosmétique doit désormais faire face à la crise économique. “Dans ce contexte compliqué, le grand public est très prudent et dépense avec parcimonie. S’offrir une nouvelle eau de toilette ne fait pas forcément partie des priorités. Certaines personnes préfèrent des produits de moins bonne qualité, dont la rémanence est moindre, afin de conserver leur pouvoir d’achat”, analyse Mintel. “Pour éviter de perdre leurs clients aux profits de concurrents bon marché, les marques peuvent proposer des recharges ou utiliser des packagings plus simples pour limiter les coûts… et vendre un parfum moins cher”.

Le pouvoir du parfum

En ces temps anxiogènes, les citoyens cherchent à utiliser des produits vecteurs de bien-être. Ils sont en quête de soins capables de soulager leur stress. “Les marques peuvent tirer parti du fait que les clients associent les parfums à l’humeur”. Il est important que ces bénéfices soient clairement revendiqués sur le packaging. D’après le cabinet, ils sont souvent décisifs dans l’acte d’achat.

Échapper à la grisaille

“Dans un contexte d’anxiété induite par l’inflation, les consommateurs cherchent à se …

Ce contenu n'est disponible que pour les abonnésPREMIUM, PRO, STARTUP et TPE

Vous êtes déjà abonné(e) ?Identifiez-vous

Découvrir nos abonnements

Innovation actifs 2024

MarchéAutres articles

546résultats