mardi 9 novembre 2021Marché

Vrac : l'art et la manière

rac : l'art et la manière

Depuis quelque temps, Cozie s’est imposé comme un acteur incontournable de la vente en vrac. L’entreprise a diversifié son activité en accompagnant les entreprises qui souhaitent se mettre à ce type de distribution. Arnaud Lancelot, co-fondateur de l’entreprise, s’est entretenu avec CosmeticOBS sur les points clés à savoir avant de se lancer dans la vente en vrac.

Temps de lecture
~ 2 minutes

Lorsque l’on met des produits cosmétiques sur le marché, la sécurité du consommateur est primordiale. Quand il s’agit de vendre des soins en vrac ou à la recharge, le même principe s’applique. “Chez Cozie, nous avons développé des distributeurs qui nous permettent d’avoir une maîtrise totale sur l’hygiène, la sécurité et la traçabilité”, explique Arnaud Lancelot. “Nous avons développé des distributeurs qui permettent de garantir l’intégrité des produits ainsi que le contrôle des lots en cas de rappel”.

En pratique

À la question “peut-on proposer un système de recharge pour n’importe quel type de cosmétiques ?”, Arnaud Lancelot répond oui. “Avec nos machines, il n’y a aucun souci d’écoulement sur des galéniques plus ou moins visqueuses. En revanche, la question que l’on doit se poser est sur le nettoyage du flacon. Sur du gel douche ou sur n’importe quel produit que l’on va rincer, on sait que l’on peut confier l’entretien du flacon au consommateur. En revanche, sur une crème de jour ou un sérum, le nettoyage est beaucoup plus complexe et là on ne peut prendre aucun risque. Sur ce type de produits, nous conseillons de mettre en place un système de nettoyage industriel”.

Comment se passe l’accompagnement par …

Ce contenu n'est disponible que pour les abonnésPREMIUM, PRO, STARTUP et TPE

Vous êtes déjà abonné(e) ?Identifiez-vous

Découvrir nos abonnements

MarchéAutres articles

362résultats