mardi 31 mars 2020Dossiers

Brexit : le dossier

Dossier Brexit

Le 29 mars 2017, le Royaume-Uni a notifié son intention de quitter l’Europe, dans le cadre de l’Article 50 du Traité de l’Union européenne. À partir du 30 mars 2019, 00:00h (heure d’Europe centrale), soit la date du Brexit, il devait devenir un “pays tiers”. Les conséquences (réglementaires, juridiques, douanières, organisationelles…) sont multiples et peuvent impacter fortement l’activité des entreprises. Il était prévu qu’un accord soit conclu entre l’Union et le Royaume-Uni, qui devait permettre une transition “en douceur” permettant à tous de s’adaper. Mais aujourd’hui, alors que plusieurs reports de la date butoir ont été accordés et que le scénario du “No-Deal” ne semble encore pas exclu, c’est au “pire cas” qu’il faut se préparer d’urgence. Ce dossier, actualisé en temps réel, fait le point sur toutes les implications du Brexit et toutes les mesures à prendre pour en limiter les impacts.

Temps de lecture
~ 2 minutes

Les soubresauts du calendrier

Négociations difficiles autour de l’accord de de transition, tractations politiques intenses et enjeux électoraux cruciaux : le chemin vers le Brexit (la sortie du Royaume Uni de l’Union européenne), ouvert par le référendum britannique de juin 2016, est loin d’avoir été un long fleuve tranquille. Devant les blocages successifs et dans des tentatives de dernière chance, la date initialement fixée au 29 mars 2019 a été repoussée plusieurs fois. Jusqu’à ce dernier dead-line du 31 janvier 2020, dont rien ne certifie qu’il sera réellement le dernier. Petit point sur les adaptations d’un calendrier très mouvant.

Les guides et notices des institutions europénnes et nationales

Au fur et à mesure que la date butoir s’est rapprochée, les autorités ont commencé, et de plus en plus urgemment, à inciter les entreprises à se préparer au scénario d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne sans accord et sans période de transition. Ces appels se sont accompagnés de conseils et d’orientations sur les actions à mettre en œuvre. La Commission européene est assez prolixe en la matière, et les États-membres, dont la France, ne sont pas en reste au niveau national.

Les conseils des Pros pour le secteur cosmétique

Si …

Ce contenu n'est disponible que pour les abonnésPRO, PREMIUM, STARTUP et TPE

Vous êtes déjà abonné(e) ?Identifiez-vous

Découvrir nos abonnements

DossiersAutres articles

12résultats